Canada and the Spanish Civil War: An Introduction

A black and white photograph of Walter Schuetrum standing in front of a Mackenzie Papineau Battalion ambulance.

Welcome to the Virtual Research Environment on Canada’s cultural involvement with the Spanish Civil War.

Through this Virtual Research Environment, we begin the work of bringing Canadian cultural materials about Spain to a wider audience. Under the "Primary Sources" heading you will find a few sample digitized texts for you to browse. These few texts represent just a small sample of the digital repository we are building. Under the same heading you will also find a bibliography of Canadian literature, art, journalism, and advertisements, as well as a list of resources for further research. As our project develops, the Virtual Research Environment will have teaching modules for high school- and university-level courses, case studies of topics and texts, interviews with Spanish Civil War researchers, and many more digital, searchable images of many archival texts.

Who we are?

We are a group of scholars and students, led by Bart Vautour and Emily Robins Sharpe, who collaborate to provide public information about Canada’s involvement with the Spanish Civil War. Learn more.

Why are we working on this material?

We are working on providing public access to this important cultural history because much of the material has been unavailable and we think that the corpus of texts constitutes a unique opportunity to study Canadian and Global cultural history.

What was the Spanish Civil War?

The war began with Francisco Franco’s attempted coup in 1936. Only a few years earlier, the citizens of Spain had voted in favour of a republic over a monarchy. With King Alfonso XIII’s abdication in 1931, the Spanish Republic was established, introducing many democratizing and equalizing reforms. The nascent democracy enfranchised women, established the right to vote and to divorce, freedom of speech, nationalized many public services, and decreased the Catholic Church and the nobility’s power. At the same time, Franco and others were preparing to invade. Financially backed by many of the Spanish nobles and supported by a mercenary army of Moroccan colonial subjects to whom he had promised independence if only they would help him win back the country (Franco had initially had a hand in colonizing Morocco during the bloody Rif Wars of 1909-1927, and would maintain control of the colony until well into the 1950s—decades after he had promised to decolonize).

With the attempted coup, most of the world’s governments opted to maintain a policy of non-intervention in what was only nominally a civil war. This non-interventionism—on the parts of countries including Britain, France, the United States, Canada, and other countries who were actively supporting Franco’s fascists, including Germany, and Portugal—amounted to a tacit approval of the Republic’s overthrow. Republican Spain was only weakly supported by the Soviet Union and Mexico.

Desperate to support the new democracy and prevent the wave of fascism beginning to cover Europe, thousands of volunteers from around the world flocked to Spain to fight with the Spanish Republicans. These international volunteers frequently joined the communist International Brigades as soldiers, but many also worked with a variety of the Popular Front’s groups, which included socialist, anarchist, and Trotskyist factions.

What was Canada’s involvement in the Spanish Civil War?

When the Spanish Civil War erupted out of the failed fascist coup d'état in July of 1936 the shock waves were felt around the world. During the next three years the Spanish Civil War animated Canadian public discourse. The conflict inspired nearly seventeen hundred Canadians to travel to Spain where many joined the Canadian Mackenzie-Papineau Battalion of the International Brigades as armed volunteers in the anti-fascist cause. The artistic community in Canada also adopted Spain as one of the most rigorously represented subjects of the time.

The volunteers left behind them the poverty-stricken conditions of Great Depression-era Canada—many had been unemployed in Canada, forced to live in work camps. In addition, many Canadian volunteers were themselves recent immigrants to Canada, having fled fascism in Europe only to face anti-immigrant sentiment and anti-Semitic violence governmental policies in Canada. Most Canadian volunteers were affiliated with the Communist Party. In Spain, they volunteered with an American battalion of the International Brigades—the Abraham Lincoln Battalion—until the Canadian Mackenzie-Papineau Battalion was formed in 1938. The Mac-Paps were named for William Lyon Mackenzie and Louis-Joseph Papineau, leaders of the 1837 rebellions against colonial rule in Canada.

The nascent Canadian nationalism reflected in the battalion’s title further contributed to the Spanish Civil War’s importance in Canada. The war became a vital part of the Canadian public imaginary. With the concurrent rise of news agencies, photo agencies, and other systems of transnational mass communication in the 1930s, accounts of what was happening in Spain were making their way around the globe in quick succession. In Canada, the conflict was closely followed in leftist magazines and periodicals, such as The Daily Clarion and New Frontier. Reports from writers such as Ted Allan, Norman Bethune, Jean Watts—one of only three Canadian women to travel to Spain—kept many back home riveted and invested in publicizing and fundraising for the Spanish Republican cause. Bethune, a medical doctor, was also becoming famous internationally with his Canadian Blood Transfusion Unit, a pioneering effort that brought blood transfusions to wounded on the battlefronts.

The Spanish Civil War was a crucial moment in developing Canada’s political identity on the world stage and for the global development of literary modernism.

Indeed, the anti-fascist cause in Spain helped to reorganize some of the prevailing aesthetic principles circulating throughout Canada. Even a partial record of poets who have written on the events surrounding the Spanish Civil War reads like an anthology of modern poetry in Canada: Patrick Anderson, Louis Dudek, Ralph Gustafson, Leo Kennedy, A.M. Klein, Irving Layton, Kenneth Leslie, Dorothy Livesay, P.K. Page, E.J. Pratt, F.R. Scott, Raymond Souster, A.M. Stephen, Miriam Waddington, Patrick Waddington, Joe Wallace, George Woodcock, among others. During the conflict itself, two novels with strong Canadian connections were published which deal directly with the events in Spain: Charles Yale Harrison’s Meet Me on the Barricades (1938) and Ted Allan’s This Time a Better Earth (1939). Spain plays a significant role in post-conflict Canadian novels such as Malcolm Lowry’s Under the Volcano (1947), Hugh Garner’s Cabbagetown (1950; revised 1968), Mordecai Richler’s The Acrobats (1954) and Joshua Then and Now (1980), which was dedicated to Ted Allan, Hugh MacLennan’s The Watch That Ends the Night (1959), Mark Frutkin’s Slow Lightning (2001), Dennis Bock’s The Communist’s Daughter (2006), June Hutton’s Underground (2009), and most recently Stephen Collis’s The Red Album (2013). Aside from the many published and unpublished novels, short stories, poems, and journalistic pieces, large amounts of life writing about Spain—memoirs, diaries, letters, and testimonials—exist in both published and archival sources. Much of this life writing comes out of direct experience of the conflict. Visual artists, such as Paraskeva Clark and Laurence Hyde, have also responded to the war in their work.

Bienvenue à l'environnement virtuel de recherche sur la participation culturelle du Canada avec la guerre civile espagnole.

Grâce à cet environnement virtuel de recherche, nous commençons le travail de rassembler des matériaux culturels canadiens à propos de l'Espagne pour un plus large public. Dans la rubrique de "sources primaires" ("Primary Sources"), vous trouverez un échantillon de quelques textes numérisés pour vous de naviguer. Ces quelques textes représentent juste un petit échantillon du dépôt numérique que nous construisons. Dans la même rubrique, vous trouverez également une bibliographie des textes canadiens, compris de la littérature, de l’art, du journalisme et de la publicité, ainsi que d’une liste de ressources pour poursuivre les recherches. Comme notre projet se développe, l'environnement virtuel de recherche aura des modules d'enseignement pour les cours des niveaux secondaires et universitaires, études sur des sujets et des textes, des entrevues avec des chercheurs de la guerre civile espagnole, et beaucoup plus des images numériques interrogeables de nombreux textes d’archives.

Qui sommes-nous?

Nous sommes un groupe des chercheurs et des étudiants, dirigés par Bart Vautour et Emily Robins Sharpe, qui collaborent pour fournir des informations publiques sur la participation du Canada avec la guerre civile espagnole.

Pourquoi travaillons-nous sur ce matériel?

Nous travaillons pour fournir l’accès du public à cette histoire culturelle importante, car une grande partie du matériel a été indisponible et nous pensons que le corpus de textes constitue une occasion unique d'étudier l'histoire culturelle canadienne et mondiale.

Quelle a été la guerre civile espagnole?

La guerre a commencé avec la tentative de coup d'État de Francisco Franco en 1936. Seulement quelques années plus tôt, les citoyens de l'Espagne avaient voté en faveur d'une république au lieu d’une monarchie. Avec l'abdication du roi Alfonso XIII en 1931, la République espagnole a été créé et a proposé des nombreuses réformes démocratiques et égalitaires. La démocratie naissante a émancipé les femmes, a établi le droit de voter et de divorcer, et la liberté d'expression, a nationalisé de nombreux services publics, et a réduit le pouvoir de l'Église catholique et de la noblesse. Dans le même temps, Franco et d'autres se préparaient à envahir, soutenus financièrement par beaucoup de nobles espagnols et soutenus aussi par une armée de mercenaires de sujets coloniales marocaines à qui il avait promis l'indépendance si seulement ils pouvaient l'aider à regagner le pays (Franco s’impliquait au début dans la colonisation du Maroc pendant des guerres sanglantes de Rif de 1909-1927 et a maintenu le contrôle de la colonie alors que les années 1950 était bien entamées – des décennies après qu'il a promis de décoloniser).

Avec la tentative de coup d’État, la plupart des gouvernements du monde ont choisi de maintenir une politique de non-intervention dans ce qui était seulement nominalement une guerre civile. Cette non-interventionnisme – sur les parties du pays, y compris la Grande-Bretagne, la France, les États-Unis, le Canada et d'autres pays qui soutenaient activement les fascistes de Franco, dont l'Allemagne et le Portugal – équivalait à une approbation tacite de la chute de la République. L’Espagne républicaine a été que faiblement soutenu par l'Union soviétique et le Mexique.

Désespérés de soutenir la nouvelle démocratie et empêcher la vague de fascisme qui a commencé à couvrir l'Europe, des milliers de volontaires du monde entier ont afflué à l'Espagne pour lutter aux côtés des républicains espagnols. Ces volontaires internationaux se sont souvent engagés dans les communistes Brigades internationales en tant que soldats, mais beaucoup ont travaillé aussi avec une variété de groupes du Front populaire, qui comprenait des factions socialistes, anarchistes, et trotskystes.

Quelle a été la participation du Canada dans la guerre civile espagnole?

Lorsque la guerre civile espagnole a éclaté en conséquence de la tentative de coup d'État fasciste en juillet de 1936, les ondes de choc ont été ressenties dans le monde entier. Au cours des trois prochaines années, la guerre civile espagnole animée le discours public canadien. Le conflit a inspiré près de dix-sept cents Canadiens à voyager à l'Espagne où beaucoup se sont engagés dans le Bataillon canadien Mackenzie-Papineau des Brigades internationales en tant que volontaires armés dans la cause antifasciste. La communauté artistique au Canada a également adopté l'Espagne comme l'un des sujets dont sa représentation était la plus rigoureuse de l'époque.

Les bénévoles ont laissé les conditions misérables de l’époque de la Grande Dépression à Canada derrière eux – plusieurs avaient été au chômage au Canada, contraints de habiter dans des camps de travail. En outre, de nombreux bénévoles canadiens étaient eux-mêmes des immigrants récents au Canada, ayant fui le fascisme en Europe seulement pour faire face aux politiques gouvernementales de la violence antisémite et du sentiment anti-immigrants au Canada. La plupart des volontaires canadiens étaient affiliés au Parti communiste. En Espagne, ils se sont portés volontaires dans un bataillon américain des Brigades internationales – le bataillon Abraham Lincoln – jusqu'à la formation du Bataillon canadien Mackenzie-Papineau en 1938. Les Mac-Paps ont été nommés pour William Lyon Mackenzie et Louis-Joseph Papineau, les chefs des rébellions de 1837 contre la domination coloniale au Canada.

Le nationalisme canadien naissant reflété dans le titre du bataillon contribué davantage à l'importance de la guerre civile espagnole au Canada. La guerre est devenue une partie essentielle de l'imaginaire public canadien. Avec la montée simultanée des agences de presse, les agences de photo, et d'autres systèmes de communication de masse transnationale dans les années 1930, les récits de ce qui se passait en Espagne faisaient leur chemin dans le monde entier en succession rapide. Au Canada, le conflit a été suivi de près dans les magazines et périodiques gauchistes, comme The Daily Clarion et New Frontier. Les rapports des écrivains tels que Ted Allan, Norman Bethune, Jean Watts – une des trois seules femmes canadiennes de voyager à l'Espagne – ont captivé beaucoup de Canadiens chez eux et ont encouragé leur investissement dans la promotion et la collection des fonds pour la cause républicaine espagnole. Bethune, un médecin, a également été de plus en plus internationalement célèbre avec son unité canadienne de la transfusion sanguine, un effort de pionnier qui a apporté des transfusions sanguines aux blessés sur les champs de bataille.

La guerre civile espagnole a été un moment crucial dans le développement de l'identité politique du Canada sur la scène mondiale et pour le développement global du modernisme littéraire.

En effet, la cause antifasciste en Espagne a contribué à réorganiser certains des principes esthétiques dominants qui circulaient à travers le Canada. Même un enregistrement partiel des poètes qui ont écrit sur les évènements entourant la guerre civile espagnole se lit comme une anthologie de la poésie moderne au Canada: Patrick Anderson, Louis Dudek, Ralph Gustafson, Leo Kennedy, A.M. Klein, Irving Layton, Kenneth Leslie, Dorothy Livesay, P.K. Page, E.J. Pratt, F.R. Scott, Raymond Souster, A.M. Stephen, Miriam Waddington, Patrick Waddington, Joe Wallace, George Woodcock, entre autres. Pendant le conflit lui-même, deux romans avec des connexions canadiennes forts ont été publiés qui traitent directement les évènements en Espagne: Meet Me on the Barricades (1938) de Charles Yale Harrison et This Time a Better Earth (1939) de Ted Allan. L'Espagne joue un rôle important dans des romans canadiens écrit après le conflit tels que Under the Volcano (1947) de Malcolm Lowry, Cabbagetown (1950; révisé 1968) de Hugh Garner, The Acrobats (1954) et Joshua Then and Now (1980) de Mordecai Richler, le dernière qui était dédié à Ted Allan, The Watch that Ends the Night (1959) de Hugh MacLennan, Slow Lightning (2001) de Mark Frutkin, The Communist’s Daughter (2006) de Dennis Bock, Underground (2009) de June Hutton, et plus récemment The Red Album ( 2013) de Stephen Collis. Mis à part des nombreux romans, des histoires courtes, des poèmes et des pièces journalistiques publiés et non publiés, de grandes quantités de l’écriture de la vie sur l’Espagne – des mémoires, des journaux intimes, des lettres et des témoignages – existent comme des sources à la fois publiées et d'archives. Une grande partie de cette écriture de la vie sort de l'expérience directe du conflit. Des artistes visuels, tels que Paraskeva Clark et Laurence Hyde, ont également répondu à la guerre dans leur travail.